Aminata Traoré : Au Mali et ailleurs, cette colère contre la France est l’expression douloureuse d’un sentiment d’humiliation

Partagez:

Aminata Traoré : Au Mali et ailleurs, cette colère contre la France est l’expression douloureuse d’un sentiment d’humiliation

« De Dakar à Djibouti, radioscopie des relations entre l’Afrique et la France » (4). Le farouche altermondialiste, ancien ministre de la culture, décrypte les échecs des politiques de développement, notamment au Sahel.

Aminata Traoré, qui a été ministre de la Culture du Mali de 1997 à 2000 et a longtemps été une militante altermondialiste, n’a pas faibli dans sa combativité à 75 ans. et entretenue par les propagandistes russes est encore, selon elle, une manière de dire que nous sommes incapables de penser par nous-mêmes et de nous révolter.

Présentation de notre série Radioscopie des relations entre l’Afrique et la France de Dakar à Djibouti
L’auteur de Viol of the Imaginary (Fayard, 2002) et de plusieurs essais sur la mondialisation capitaliste et le déclin néocolonial estime que l’échec des politiques de développement est à l’origine de la colère qui se manifeste actuellement dans les sociétés sahéliennes.

Quelle a été l’occasion de votre première rencontre avec la France ?
Amy Traoré Sans aucun doute le premier jour à l’école Maginot de Bamako à l’époque coloniale. La particularité de cette école de filles était qu’elle acceptait les Amérindiens et les enfants coloniaux. D’un côté les Noirs et les Métis, de l’autre les Blancs. Personne ne s’est mélangé. Vous verrez qu’il y avait une telle séparation à ce moment-là. Mais j’ai cultivé quelques amitiés. Et tout comme un boulanger, quand j’étais au lycée, j’ai sauté le tiers avec l’aide de quelques professeurs français, maliens et sénégalais.

Plus tard, j’ai reçu une bourse pour voyager en France pour étudier. Mon mari et moi voyageons à Caen, où j’ai donné naissance à mes deux filles. La question raciale était évidemment plus pressante en France qu’au Mali ou en Côte d’Ivoire. Une femme africaine enceinte en Normandie à la fin des années 1970 attirera l’attention. Cependant, lorsque j’ai découvert le pays pour la première fois, je ne me suis pas vraiment posé de questions. Le Front national n’existait pas encore à l’époque. La situation s’aggrave alors sensiblement.

Militant altermondialiste, vous êtes bien connu pour être un critique sévère de la politique française en Afrique. D’où vous vient cet engagement ?

Je suis avant tout un produit de gauche. La première République du Mali venait à peine de voir le jour quand j’ai commencé au lycée de filles. J’étais parmi les « pionniers », avec de nombreux autres jeunes, sous l’administration de Modibo Keta, le président socialiste du pays de 1960 à 1968. Notre slogan était « pionnier aujourd’hui, pionnier pour toujours ». Au fil de l’histoire, nous avons évoqué les luttes de libération et, plus précisément, le rôle joué par le Mali et son président dans la mise en place de l’Organisation de l’Union africaine. Je suis empreinte depuis l’enfance de cette fibre panafricaine.

En tant qu’étudiant nouvellement inscrit, j’étais à Dakar lors de la grève générale universitaire de 1968, la première du genre sur le continent. C’était ma première rencontre avec ce genre d’introspection. Ensuite, je suis étudiante à l’Institut d’Ethnosociologie d’Abidjan. J’ai rencontré Laurent Gbagbo et sa femme, qui étudiaient à l’Institut de linguistique, ainsi que d’autres enseignants de gauche. Nous étions tous sévèrement critiques à l’égard de l’économie rentière et de la dépendance de l’Afrique vis-à-vis des cultures tournées vers l’exportation. J’ai ensuite intégré le Ministère de la Condition Féminine, créé par Félix Houphouët-Boigny (Président de la Côte d’Ivoire de 1960 à 1993), et j’ai fait mes premières incursions dans d’autres nations africaines tout en travaillant comme experte pour les agences des Nations Unies.

Entre les années 1960 et 1970, nos pays croyaient sincèrement qu’il existait un modèle de développement et que les transferts de technologies, les investissements financiers et une coopération efficace avec les pays développés permettraient de voir la lumière au bout du tunnel. Je croyais personnellement que les femmes pouvaient jouer un rôle dans l’avancement de leur pays si elles le désiraient par le biais de l’emploi et de l’éducation. 1980 a été un coup dur pour la société. Les premiers diplômés sans emploi ont commencé à apparaître avec des programmes d’ajustement structurel, assis toute la journée dans les rues à la recherche d’un emploi. Les premiers départs clandestins datent de cette époque. A mon retour de France, je me suis rendu compte que le paradigme dominant avait changé.

Depuis quelques années, les manifestations anti-françaises se sont multipliées, notamment au Sahel. Ressentez-vous un lien avec ces mouvements anti-français tels qu’ils s’expriment actuellement ?

Je sais de mes voyages à travers l’Afrique, la France et d’autres endroits que cette colère est une manifestation douloureuse et peut-être violente d’un sentiment d’humiliation. Après tout ce qui nous est arrivé, il est humiliant de voir à quel point nos tragédies et nos morts sont dépeintes différemment. humiliation vécue suite au discours de Nicolas Sarkozy à Dakar. Fixer sur un sentiment anti-français cultivé et entretenu par la propagande russe est une autre manière de suggérer que nous sommes incapables de penser par nous-mêmes et de réagir.

Nous avons été amenés à croire pendant des années qu’il n’y a pas d’autre option et que la mondialisation du capitalisme est inévitable. Cette mauvaise conduite parrainée par l’État, entretenue à la fois par les nations «donatrices» et «bénéficiaires», a causé d’énormes ennuis. Nos dirigeants nous ont dit d’aller aux urnes pour que le problème soit résolu. Mais d’une élection à l’autre, il est devenu clair qu’il n’y avait jamais de bulletin de vote, d’argent ou de visas. Ensuite, le crâne-bourrage consistait à rappeler qu’il n’y avait qu’une seule façon de combattre le djihadisme : par la force militaire. Mais la libération promise s’est transformée en enlisement.

Tous les soldats français de l’opération « Barkhane » ont quitté le Mali cette année. Comment avez-vous perçu cette transition, vous qui vous êtes constamment opposé à cette intervention militaire ? Le Mali est-il revenu à la souveraineté, comme le prétendent les autorités de transition ?

Oui. Parce que la France n’a pas réussi cette guerre. Nous ne sommes plus dans le jeu ; nous n’avons pas encore triomphé. Mais il y a moins d’humiliation maintenant. Toute une génération de militaires au Mali a vécu ce que cette guerre a à dire depuis leur siège. Incapables de penser de manière indépendante ou d’analyser leur environnement, certains jeunes ont été largués sur le terrain. Quand les Maliens ont dit : « Essayons d’avoir une conversation avec Iyad et Koufa », France a répondu : « Ce n’est pas une question ! Et la population a continué à décliner comme une meute de mulets. Tout cela nous a obligés à résister aux diktats de Macron.

Vous avez été ministre de la Culture et du Tourisme du Mali à la fin des années 1990, sous l’administration d’Alpha Oumar Konaré. Aujourd’hui, des actions en faveur d’une réconciliation des mémoires ont été menées. Notamment avec la restitution d’objets et d’œuvres d’art volés lors de la colonisation. Êtes-vous d’avis que cette politique a du sens?

Les lignes bougent, il n’y a plus de sujets tabous, mais les changements actuels sont si importants et si vastes qu’il reste encore beaucoup à faire. Tout est perdu dans la guerre. Les pillages dans le nord du Mali se poursuivent, malgré tous mes efforts pour me consoler en apprenant que certains objets volés avaient été restitués au Bénin. De plus, je crois que nous devons articuler ces questions intemporelles de ce qui constitue la créativité et la culture d’une société. Qu’avons-nous été et qu’est-ce que nous produisons maintenant qui a du sens sur le plan social, économique et écologique ?

(Visited 66 times, 1 visits today)
Partagez:
Partager
Partager