19 PRATIQUES DE « NON-LEADERSHIP »

Partagez:

19 PRATIQUES DE « NON-LEADERSHIP » 

On parle souvent de bonnes pratiques à appliquer en termes de leadership. S’il est essentiel d’en connaître les axes d’amélioration, il est aussi indispensable d’identifier les mauvaises pratiques. Celles qui sont à bannir, au risque de présenter des incohérences managériales et d’affecter ses équipes et ses projets. Voici 19 pratiques de non-leadership à proscrire, si ce n’est pas déjà chose faite ! 

 

Qu’est-ce que le non-leadership ? 

Faire preuve de non-leadership, c’est adopter des actions ou comportements qui vont à l’encontre du développement, de la cohésion et de la performance d’un groupe. Au lieu d’encourager les équipes à donner le meilleur d’eux.elles-mêmes et de révéler le potentiel de chacun.e, les pratiques de non-leadership vont impacter négativement leur bien-être et leurs résultats.

19 pratiques de non-leadership à exclure définitivement de son management

  • Casser les engagements collectifs et renégocier 1 à 1 pour avoir un meilleur deal ;
  • Jouer l’intimidation et agir comme si « rien ne s’était passé » ;
  • Agir dans un mode à sens unique et jamais dans une logique +/+ ;
  • Attaquer tous ceux qui ne vont pas dans « son sens » ;
  • Réécrire l’histoire ;
  • Rejeter la responsabilité des mauvaises nouvelles ;
  • Blâmer ;
  • Ne montrer aucune empathie ;
  • Jouer les uns contre les autres ;
  • Porter des jugements de valeur en public ;
  • Être vague dans ses promesses et arguments ;
  • Terminer les conversations lorsqu’elles ne vont pas « dans son sens » ;
  • Traiter ses prédécesseurs d’incompétents ;
  • Colporter des informations erronées ;
  • Ne jamais admettre ses erreurs ;
  • Changer les messages et nier les précédents ;
  • S’auto-féliciter publiquement ;
  • Mentir et transformer les faits. 
(Visited 62 times, 1 visits today)
Partagez:
Partager
Partager