Sahel : une collaboration tripartite pour former les professionnels de l’énergie solaire

Partagez:

Sahel : une collaboration tripartite pour former les professionnels de l’énergie solaire

Pour assurer leur transition énergétique, les pays du Sahel misent sur le solaire. Pour faciliter la mise en œuvre de ce projet, les professionnels de la région recevront des formations grâce à une collaboration entre la BAD, MASEN et RES4Africa.

La Banque africaine de développement (BAD) va piloter des formations dans le domaine de l’énergie solaire en 2022 dans cinq pays du Sahel, à savoir : le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger, a-t-on appris d’un communiqué publié par la Banque.

L’institution bancaire panafricaine s’est associée pour l’occasion avec MASEN, un groupe chargé de la gestion des énergies renouvelables au Maroc, et RES4Africa, une fondation travaillant à la transformation durable des systèmes électriques africains.

Ce programme va cibler les professionnels de l’énergie et les décideurs politiques, afin de favoriser l’adoption de l’énergie solaire, et accélérer la transition énergétique.

« Les sessions prévues sont pertinentes pour tous les aspects de la chaîne de valeur et du paysage de l’énergie solaire – de l’échelle des services publics aux utilisations décentralisées. Un renforcement adéquat des capacités soutient les déploiements d’énergie solaire dans la région du Sahel, et contribuera à accélérer la transition énergétique », a déclaré Daniel Schroth, directeur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique de la BAD.

Ces formations sont entreprises dans la cadre du Desert to Power, une initiative de la Banque en matière d’énergies renouvelables et de développement économique. Son objectif est d’éclairer et d’alimenter la région du Sahel en construisant une capacité de production d’électricité de 10 gigawatts, grâce à des systèmes solaires photovoltaïques via des projets publics, privés, de réseau et hors réseau, d’ici 2030.

Le programme proposera un premier cycle de formation institutionnelle en juin et juillet suivi d’une mini-formation professionnelle et des cours de formation axés sur la grille en septembre et en octobre.

Dans le Sahel, l’énergie solaire se présente comme alternative sérieuse pour assurer la transition énergétique, compte tenu des potentialités de la région. L’énergie solaire pourrait aider à révolutionner et moderniser l’accès à l’électricité permettant dans le même temps d’augmenter les rendements dans l’industrie et  dans l’agriculture.

(Visited 48 times, 1 visits today)
Partagez:
Partager
Partager